Lady First

Mise en scène : Vincent Goethals

avec

Anne Claire,

Angèle Baux Godard,

Bernard Bloch,

Sinan Bertrand

 

Scénographie et environnement visuel : Fred Vaillant

Lumières : Philippe Catalano

Environnement sonore :

Bernard Vallery

 

Une farce tragi-comique, résolument baroque et politique. Le portrait au vitriol d'une reine vivant dans sa bulle, déconnectée de la réalité, inconsciente du soulèvement d'un peuple asservi.

La reine Ishtar vit dans une bulle, déconnectée
 de la rue et de la réalité, inconsciente du soulèvement
 d’un peuple asservi. Mi-déesse dans un cocon aseptisé,
mi-cobaye dans un aquarium d’expérimentation, elle
 sera le catalyseur d’une réaction explosive. On la  
découvre seule dans un univers aseptisé et trompeur avec son entourage qui amplifie son isolement, pour le bien de qui ?

Elle n’est pas innocente mais sera victime...
 Sujet à la fois contemporain et intemporel, ce portrait au vitriol comique et acerbe, à l’écriture incisive et redoutablement efficace m’a donné la possibilité de décliner à l’envi l’outil vidéo. La révolution et la pression du peuple, à l’instar des chaînes d’info continue, n’apparaissent que par un défilé incessant de tweets insouciants d’abord puis de plus en plus belliqueux. Les ministres sont contactés en skype et donnent à voir un monde imaginaire (librement inspiré de l’univers décadent d’un Alexander McQueen) caricature symbolique de toutes les dictatures. L’interview en direct de la First Lady, dernière arme face au soulèvement du peuple, est quant à elle entrecoupée de monologues intérieurs des quatre personnages dont l’intimité et les secrets sont relayés et révélés par des images, cette fois, plus oniriques... Vincent Goethals

 

Création au Théâtre du Peuple de à Bussang (88) du 3 au 27 août 16

 

Opéra Théâtre de Metz (57)

jeudi 7 avril 2017 à 20h

vendrdei 8 avril 2017 à 20h

 

Spectacle disponible en tournée à partir de 2018-19

Depuis quelques années, nous sommes les témoins privilégiés d’une époque charnière. Des changements profonds se sont opérés dans le monde arabo-musulman, de nouvelles voix se font entendre, les équilibres internationaux changent.

Il y a eu les « printemps arabes », puis « l’hiver islamiste ». D’origine turque et obsédée par ces mouvements de contestations, j’ai écrit une première version de ce texte en 2012, à l’invitation de Vincent Goethals. À l’époque, ma source d’inspiration avait été Leïla Trabelsi, la femme de Ben Ali, qui venait de fuir la Tunisie. Après ce projet porté par les amateurs, d'autres femmes puissantes m’ont inspirée.

J’ai donc proposé une nouvelle version de cette histoire lors du Festival Paris des Femmes, interprétée par Agnès Jaoui, au Théâtre des Mathurins. Pour cette ultime et longue version, j’ai imaginé une First Lady, qui serait un mélange de certaines figures contemporaines mais aussi de Marie-Antoinette, de Lady Macbeth et de la Déesse Ishtar. De la trempe des Premières Dames de l’antiquité, elle intriguerait comme Aspasi, ensorcellerait comme Rhodopsis, ferait l’amour comme Messaline et tuerait comme Frédégonde.

J’ai été très heureuse de voir le regard à la fois acerbe, burlesque et profond de Vincent Goethals se poser sur cette sultane contemporaine.

Sedef Ecer, auteur

Nos coordonnées

COMME IL VOUS PLAIRA
siège social

117 rue de Charenton

75012 PARIS


Téléphone :

+33 1 43 43 55 58

- 0033 6 62 15 55 58

 

N'hésitez pas à utiliser notre formulaire de contact.

Inscription Newsletter

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© comme il vous plaira

Email